medecin

Santé : 2 euros supplémentaire pour consulter un médecin

Certains médecins généralistes ont déjà choisi d’augmenter de 2 euros la consultation, ce qui passe de 23 à 25 euros. Il s’agit d’une mesure adoptée jeudi dernier par le syndicat des médecins généralistes en France.

Un surplus non-remboursé

Le secrétaire général des MG (médecins généralistes) de France, Jacques Battistoni, a annoncé qu’il est désormais temps de contraindre les Assurances Maladies et le Gouvernement à revaloriser les honoraires des praticiens. Lors d’un communiqué, le syndicat a suggéré aux généralistes de porter à 25 euros le coût d’une consultation, ce qui équivaut à celui des spécialistes.

Selon le secrétaire général de MG France, les praticiens peuvent adjoindre une majoration sur la facture en respectant certaines ‘modalités pratiques’ et en restant conforme à la législation. Cela étant, il est fort possible que l’Assurance maladie refuse cette facture. Le principal problème est que le patient ou le médecin ne bénéficie pas d’un remboursement, si le praticien réalise le ‘tiers payant’.

Une augmentation des tarifs vis-à-vis du projet de loi santé

Si MG France approuve l’augmentation de tarif réalisée par certains praticiens, le syndicat ne recommande pas pour autant de suivre leur exemple, car il craint des suites juridiques. MG France risque en effet des pénalisations venant de la DGCCRF qui stipule que chaque praticien ne doit aucunement s’accorder sur les tarifs. Mais le syndicat affirme que c’est un risque mesuré, car selon lui, c’est un droit pour les médecins.

Nicolas Revel, directeur général d’assurance maladie, a annoncé que le coût de la consultation est l’un des points qui vont être négociés avec les médecins.

La demande d’augmentation des honoraires n’est pas liée au projet de santé de la ministre Marisol Touraine que les médecins (surtout les libéraux) décrient. Cela dit, elle s’est associée aux revendications de ces derniers. MG France a alors rejoint les autres syndicats et prévoit une grève le 31 mars, date où vont commencer les débats concernant le projet de à l’Assemblée.