controle médical

Loi sur le contrôle médical : de nouvelles mesures optimistes

Les mesures concernant le contrôle médical se renforcent. Le but, selon le député Georges Engel, est de mieux prendre en main le suivi des patients et de favoriser leur guérison durant leur période d’incapacité de travail. Mais aussi de mieux lutter contre les abus.

Les projets de loi sur le contrôle médical débattus avant cet été

La loi sur le contrôle médical demeure un sujet d’actualité au Luxembourg et fait même l’objet de nouveaux projets, qui seront abordés lors d’une séance publique à la Chambre, avant le second semestre. Des projets portant donc sur le sujet central, mais également sur le reclassement et les soins transfrontaliers. L’objectif d’une telle modification de loi étant de mieux considérer les malades et mieux prévenir les abus fréquents chez les cas en incapacité de travail. De ce fait, les projets élaborés au sujet du contrôle médical visent aussi à accélérer la guérison de ces patients.

Les effectifs du contrôle médical augmentent

Un meilleur contrôle médical passe ainsi notamment par un renouvellement des effectifs des médecins concernés. Dans le cadre de la modification de la loi y afférant, leur nombre passe alors de 26 à 39, soit 13 médecins de plus, dont 2 autres médecins, destinés aux contrôles des frontaliers en arrêt maladie. De leur côté, les médecins espèrent ainsi mieux conseiller leurs patients.

Un meilleur suivi avant le 3 ème mois d’arrêt de travail

Grâce aux nouveaux projets de loi sur le contrôle médical, les médecins comptent également mieux orienter les malades vers leur guérison avant le 3 ème mois de leur arrêt de travail. En effet, généralement, les contrôles ne sont pas effectués avant le 5 ème ou le 6 ème mois. Un autre point se rapportant à la modification de cette loi reste important selon Georges Engel et serait aussi discuté sous peu : l’arrêt du contrat de travail et la suspension d’une affiliation à la Sécurité sociale pour un assuré, malgré un arrêt de 52 semaines sur une période de référence de 104 semaines.